Black Hat – SEO – définition et Comment ça marche


Attention, on rentre dans les gros mots… En SEO, en référencement naturel, il y a ce qui est propre, et ce qui est INTERDIT !!!!! Et comme partout, au milieu il y a une zone grise…

Le black hat est ce qui est INTERDIT….

Interdit par qui ? Par Google !!!!

Donc voilà, vous n’irez pas en prison si vous faites du black hat SEO, par contre vous pouvez vous faire pénaliser par Google.

Dans cet article, notre équipe conseil SEO vous explique ce qu’est le black hat SEO, et comment cela marche…

black hat seo

 

Définition du concept de Black Hat SEO

En deux mots, le « Black Hat SEO » est l’utilisation de techniques et procédés que Google ne veut pas que vous utilisiez, car elles vous permettent d’obtenir un meilleur classement dans les résultats de recherche.

Google estime que « c’est de la triche… ».

Pourquoi c’est de la triche ? Parce que Google veut pouvoir classer tous les résultats comme bon lui semble, et si en même temps cela vous pousse à dépenser de l’argent en publicité, alors ce n’est pas plus mal…

L’objectif du Black Hat est d’envoyer des signaux aux moteurs qui vont être pris en compte et vous « rajouter » des points dans son classement.

Google ne veut pas que vous utilisiez ces techniques, et si vous vous faites prendre, alors c’est la pénalité assurée. C’est-à-dire que vous pouvez alors dire adieu à votre site qui ne sera sans doute même plus indexé, donc même plus dans les résultats de recherche.

Alors OK c’est mal… mais est-ce que cela marche ?

OUI, quand c’est bien fait….

Mais le mot d’ordre général semble être de dire que c’est mal…

Apparaître dans les résultats de recherche est vital pour la croissance de l’entreprise, mais il y a une bonne et une mauvaise façon de faire de l’optimisation pour les moteurs de recherche. L’art obscur du black hat SEO est soit disant la mauvaise méthode. Le référencement en chapeau noir cherche à jouer avec les algorithmes des moteurs de recherche, plutôt qu’à résoudre les problèmes des utilisateurs. Au lieu de gagner le droit de figurer en bonne place dans les pages de résultats des moteurs de recherche, le référencement « black hat » utilise des tactiques « douteuses » pour y parvenir. L’utilisation soutenue des techniques de référencement en chapeau noir est susceptible de nuire à votre présence dans les moteurs de recherche plutôt que de l’améliorer.

En réalité, tout dépend de votre objectif sur internet.

 

Le Black Hat SEO vs le White Hat SEO

Le camp du mal, contre le camp du bien…

Le référencement en chapeau noir va à l’encontre des directives établies par les moteurs de recherche et les manipule pour obtenir un meilleur classement. Il peut conduire à l’effacement complet des résultats de recherche ou à une position inférieure. Le référencement en chapeau blanc est une façon plus éthique de faire du référencement en créant un contenu de qualité et une bonne expérience utilisateur.

Le White Hat SEO est avant tout technique, de contenu, et cherche à satisfaire pleinement l’utilisateur.

Tous les « Money Sites », les sites qui sont la vie et le coeur de votre entreprise devraient toujours avoir un angle majeur WHITE HAT.

Mais cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas saupoudrer un peu de poudre noire magique pour améliorer la performance.

Aujourd’hui, le Black Hat SEO tient principalement à agir sur l’environnement de votre site plutôt que sur votre site lui-même car le risque de pénalité est trop grand.

Voyons les principales techniques du SEO.

 

Les techniques Black Hat SEO

Ces techniques sont les plus connues. Certaines sont totalement désuettes. D’autres au contraire fonctionnent très bien.

Keyword Stuffing

A Proscrire…

Le Keyword stuffing ou bourrage de mots-clés consiste à remplir votre contenu de mots-clés non pertinents dans le but de manipuler le classement de la page dans les pages de résultats de recherche. L’ajout de multiples variations de mots clés sans valeur ajoutée crée une mauvaise expérience pour les utilisateurs. Cela peut également entraîner le classement de votre page pour des requêtes non pertinentes.

Google explique le bourrage de mots clés comme suit :

  • Listes de numéros de téléphone sans valeur ajoutée substantielle.
  • Des blocs de texte énumérant des villes et des états pour lesquels une page Web tente d’être classée.
  • la répétition des mêmes mots ou expressions si souvent que cela ne semble pas naturel.

Voici un exemple de bourrage de mots-clés pour un site Web vendant un logiciel de marketing :

« Nous sommes spécialisés dans la vente de logiciels de marketing. Les logiciels de marketing sont ce que nous vendons. Si vous envisagez d’acquérir un logiciel de marketing, contactez l’un de nos consultants en logiciel marketing. »

Ce n’est pas très digeste…

Je pense que vous serez d’accord, cela ressemble à un disque rayé. C’est assez facile à repérer et Google sera capable de dire que le contenu ne semble pas naturel.

keyword stuffing

Plus basic, ci-dessus, du texte écrit en blanc sur fond blanc…. Cela va détruire votre site en deux secondes.

Vous avez peut-être entendu la blague « un rédacteur SEO entre dans un bar, un grill, un pub, une maison publique, un Irlandais, un barman, des boissons, de la bière, du vin, de la liqueur… ». Cette blague porte sur le bourrage de mots-clés et constitue un autre exemple parfait de cette pratique. Les mots sont tous similaires les uns aux autres, mais ils n’ont aucune valeur puisqu’ils n’enchaînent même pas une phrase.

Vous pouvez effectuer des recherches sur les mots clés pour savoir ce que les gens recherchent, mais l’utilisation excessive de ces mots clés dans votre contenu n’est pas une bonne idée. Plutôt que de remplir votre contenu avec des mots-clés non pertinents, concentrez-vous sur la création de contenu utile qui se concentre sur les sujets plutôt que sur les mots-clés.

 

Cloaking

Cela marche encore parfois…

Le cloaking consiste à montrer un élément de contenu aux utilisateurs et un autre élément aux moteurs de recherche. Les sites Web qui pratiquent le référencement clandestin le font pour que leur contenu soit classé pour une variété de termes sans rapport avec leur contenu. Les sites de spam font souvent cela pour éviter qu’un robot de moteur de recherche ne découvre le contenu de spam qu’ils proposent aux utilisateurs.

Il est acceptable d’adapter votre contenu à différents groupes d’utilisateurs. Par exemple, vous pouvez réduire la taille de votre site web lorsque quelqu’un le visite depuis un appareil mobile. Vous pouvez également changer la langue d’une page en fonction du pays d’origine de l’internaute. Un éditeur comme Le Monde peut modifier les publicités qui apparaissent sur une page afin de financer son contenu. Ces exemples sont tout à fait acceptables. Tant que vous ne modifiez pas simplement le contenu qui apparaît pour les robots des moteurs de recherche.

Bien qu’il n’y ait pas de règle absolue pour déterminer ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas, mon meilleur conseil est de vous demander si ce que vous avez l’intention de faire est bénéfique pour l’utilisateur. Si c’est le cas, alors c’est acceptable. Vous devez traiter les robots des moteurs de recherche qui explorent votre site de la même manière que tout autre utilisateur.

Si vous êtes curieux de savoir comment Google voit votre site, vous pouvez utiliser l’outil « fetch as Google » et le comparer à ce que voient les utilisateurs.

 

Certaines redirections

Cela marche à court terme.

Une redirection consiste à envoyer quelqu’un vers une URL différente de celle qu’il a initialement cliquée. Le Black hat SEO utilise des redirections en dehors de l’objectif pour lequel elles sont prévues. Dans le même ordre d’idées que le cloaking, il peut s’agir de rediriger un crawler de moteur de recherche vers une page et tous les autres utilisateurs vers une autre page.

Un autre exemple est la redirection d’une page à forte autorité avec de nombreux backlinks vers une autre page non pertinente, juste pour améliorer sa position dans les résultats de recherche. Une redirection 301 transmet la majorité de l’autorité d’une page à une autre. Cela signifie qu’une personne pratiquant le référencement « black hat » pourrait utiliser les redirections dans le seul but de manipuler les résultats de recherche. C’est ce qui a vu le rachat en masse de nom de domaines expirés ces dernières années.

Les redirections ne doivent/devraient être utilisées que dans le but pour lequel elles ont été conçues. Cela peut être le cas si vous changez de domaine de site Web ou si vous consolidez deux éléments de contenu. Il est également acceptable d’utiliser JavaScript pour rediriger les utilisateurs à certaines occasions. Prenons l’exemple de LinkedIn qui vous redirige vers le profil complet d’une personne lorsque vous êtes connecté, plutôt que de vous montrer la version publique du profil d’un utilisateur lorsque vous êtes déconnecté. Les redirections furtives, en revanche, sont à éviter. Elles violent les directives des moteurs de recherche tels que Google et Yandex.

 

Un contenu de (très) mauvaise qualité

Cela marche dans la construction de PBN (voir plus bas), jamais sur le Money Site.

Le contenu de mauvaise qualité qui n’a aucune valeur pour le chercheur est également une pratique courante du black hat SEO. Il s’agit notamment du contenu copié d’un autre site Web par un robot ou une personne. À un moment donné, les moteurs de recherche comme Google ne savaient pas reconnaître le contenu qui avait été copié à partir d’autres sites Web. La mise à jour Panda de Google en 2011 a résolu ce problème. De nombreux sites contenant du contenu dupliqué ont vu leur classement dans les moteurs de recherche diminuer instantanément. Depuis lors, Google est devenu bien meilleur pour reconnaître le contenu dupliqué et de faible qualité.

L’ajout de mots-clés invisibles à votre contenu est également une pratique interdite. Certains sites Web qui pratiquent le mauvais référencement le font en donnant au texte la même couleur que le fond de la page. Cela signifie que la page peut apparaître dans les résultats de recherche pour ces mots-clés invisibles, même s’il n’y a pas de contenu visible à leur sujet sur la page. Lorsqu’un utilisateur clique sur le résultat en pensant qu’il s’agit du sujet qu’il a recherché, il ne trouve pas le contenu qu’il cherchait car les mots clés sont invisibles. Si vous résolvez le problème de l’utilisateur, il ne devrait pas être nécessaire de cacher du contenu sur votre site Web.

Le « bait and switch » est un autre moyen « black hat » de tromper les moteurs de recherche. Il s’agit de créer du contenu autour d’un sujet pour lequel vous voulez être classé. Une fois la page classée dans les résultats pour ce sujet, le contenu est remplacé par autre chose. Cela crée une expérience négative pour les chercheurs, car le contenu pour lequel ils ont cliqué n’existe plus. Ces pratiques trompent les utilisateurs et les moteurs de recherche et ne sont pas une bonne façon de faire du référencement.

La rédaction d’un contenu original et de qualité est un élément important du référencement de qualité. Non seulement elle est nécessaire pour éviter une pénalité de la part des moteurs de recherche, mais elle permet également à votre site Web de se démarquer. La création d’un contenu de qualité renforce la confiance de votre public cible et transforme les visiteurs en clients.

 

Liens payants

Cela marche.

Les moteurs de recherche comme Google interdisent strictement l’achat et la vente de liens. Ils déclarent sur leur site Web que « tout lien destiné à manipuler le PageRank ou le classement d’un site dans les résultats de recherche de Google peut être considéré comme faisant partie d’un système de liens et comme une violation des directives pour les webmasters de Google. » Cela inclut l’envoi à un site Web de produits gratuits en échange de liens.

Vous devez éviter de payer un autre site pour qu’il établisse un lien vers votre contenu. Google demande aux utilisateurs de lui signaler les cas où des personnes achètent ou vendent des liens. Il indique qu’il pénalisera l’acheteur et le vendeur de liens dès que cette pratique sera détectée.

achats de liens

Si l’on pose la question à Google… Paradoxalement celui-ci nous donnes des résultats payants…. Google accept de prendre l’argent, mais proscrit la démarche….

On ne va pas se mentir… personne ne cafte parce que cette technique marche.

De très gros sites, d’actualités, des éditeurs, comme Le Monde, Les Echos, etc… vendent des liens, des articles déjà prêts, pour rentabiliser leurs coûts. Et ils vendent le lien parfois très cher, en milliers d’euros… Cette pratique est aussi ancienne que la presse… Ces gros sites ne se font pas pénaliser pour autant.

Le business de l’achat de liens s’est fortement développé ces dernières années, avec des plateformes d’achats et ventes très pratiques.

Chez SEO Inside, nous n’utilisons pas ces plateformes, ni ne pratiquons l’achat de liens. Pour une raison simple: c’est que l’on ne contrôle pas les sites sur lesquels se font poser les liens. Il suffit qu’un site soit pénalisé par Google pour que tout l’édifice s’effondre…

Donc nous ne prenons pas ce risque pour nos clients.

D’autant que cela amène une seconde perversion… Si vous avez acheté un lien qui est posé sur un site qui se fait pénaliser par Google, le moteur vous recommande d’utiliser l’outil de désaveu des liens. Vous dites à Google que ce lien en réalité n’est pas un bon lien. Et vous avez deux effets directs:

  • vous venez dire à Google que vous avez joué avec ses recommandations, mais perdu…
  • vous donner à Google le chemin vers un site « mauvais » qu’il va s’empresser de desindéxer….

Donc les liens, cela marche… mais quand c’est bien fait.

 

Utilisation abusive des données structurées enrichies

Cela marche.

Les données structurées sont également appelées « rich snippets » et « schema ». Elles vous permettent de modifier la façon dont votre contenu est affiché sur les pages de résultats des moteurs de recherche. Elles permettent à votre contenu de se démarquer de celui de vos concurrents et vous donnent plus de place sur les pages de résultats. Vous pouvez ajouter des données structurées à une page affichant un podcast, une recette, un livre, entre autres produits et services. Le balisage du schéma de révision est probablement l’un des types de données structurées les plus populaires.

Le black hat SEO consiste à fournir des informations inexactes dans les données structurées pour tromper les moteurs de recherche et les utilisateurs. Par exemple, une personne pratiquant le black hat SEO pourrait s’attribuer cinq étoiles sur un faux site d’évaluation et ajouter des données structurées afin de se démarquer sur les pages de résultats de recherche. Il s’agit d’une pratique très risquée, car les moteurs de recherche comme Google encouragent les utilisateurs à signaler les sites Web utilisant abusivement des données structurées.

Mais là encore, il y a tellement peu de signalement que parfois cela vaut le coup, notamment quand on veut lancer un site et lui donner toutes ces chances.

Pour en savoir plus sur les données structurées, voici les recommandations de Google en suivant le lien.

 

Spam de commentaire de blog

Cela marche.

Comme son nom l’indique, cette technique « black hat » consiste à inclure un lien vers votre site Web dans les commentaires de blog. Cette pratique est moins fréquente de nos jours, car les moteurs de recherche comme Google ont mis à jour leur algorithme pour écarter tout lien dans les commentaires de blog. La plupart des blogs faisant autorité font désormais en sorte que les liens dans les commentaires de blog soient en nofollow par défaut. Cela signifie que les moteurs de recherche comme Google ne suivent pas le lien et qu’il ne transmet aucune autorité.

Malgré le déclin du nombre de personnes s’adonnant à cette pratique, vous trouverez toujours sur Fiverr un grand nombre de personnes proposant des services de commentaires de blogs. Commenter un blog, avec des liens vers votre site Web, est une façon frauduleuse d’obtenir des liens vers votre site Web et nous vous recommandons vivement d’éviter cette pratique. Ou pas….

Il existe d’ailleurs de nombreux outils qui permettent de « spammer » les commentaires de blog en automatique.

A l’inverse, si vous êtes propriétaire d’une publication, d’un forum ou d’une communauté qui autorise les commentaires, vous devez veiller à ce que votre section de commentaires ne soit pas polluée par des robots ou des personnes. Les moteurs de recherche comme Google rétrograderont ou supprimeront complètement des résultats de recherche les pages contenant du spam.

L’utilisation d’outils anti-spam tels que l’outil gratuit reCAPTCHA de Google est un moyen de réduire le risque de spam généré par les utilisateurs.

 

Les fermes de liens

Cela marche quand c’est bien fait, mais le risque de se faire pénaliser est grand.

Une ferme de liens est un site web ou une collection de sites web développés uniquement dans le but de créer des liens. Chaque site Web établit des liens vers le ou les sites qu’il souhaite mieux classer dans les moteurs de recherche. Les moteurs de recherche classent les sites Web en tenant compte du nombre de liens qui pointent vers le site, entre autres facteurs. Le référencement black hat exploite ce phénomène en utilisant des fermes de liens pour gonfler le nombre de backlinks d’un site particulier.

Les fermes de liens ont souvent un contenu de faible qualité et beaucoup de liens. Les liens contiennent normalement le mot clé pour lequel ils veulent que le site soit classé dans le texte d’ancrage. Les moteurs de recherche comme Google peuvent facilement détecter les fermes de liens et il faut éviter de les utiliser. Au lieu de cela, vous devriez utiliser des tactiques de référencement en chapeau blanc, comme la création de contenu de qualité, de graphiques, de données, d’interviews ou de tout autre contenu qui vous permet d’acquérir des liens retour naturellement au fil du temps.

Les fermes de liens ont été très utilisées dans les années 2000 à 2015 puis Google à commencé à être plus efficace à repérer et détruire ces fermes, de manière systématique. Les fermes de liens étaient utilisées en « full automatique », avec une automatisation totale dans la création de contenu, de liens, d’ajouts d’images et le résultat était généralement très « sale » en terme de qualité. Mais ces fermes étaient efficaces pour soutenir des sites qui n’étaient pas le Money Site, mais des sites de niveaux inférieurs qui eux, soutenaient le Money Site.

Aujourdhui, on leur préfère les PBN, plus propres et plus efficaces.

 

Les PBN – Private Blog Networks ou Réseaux de blogs privés

Cela marche.

Un réseau de blogs privés (PBN) est un ensemble de sites Web faisant autorité utilisés uniquement pour la création de liens. Ils sont similaires aux fermes de liens dans la mesure où ils visent tous deux à exagérer le nombre de liens pointant vers un site Web. Chaque site PBN renvoie au site qu’il veut faire remonter dans les résultats de recherche mais ne renvoie pas aux autres sites.

Les référenceurs Black Hat qui souhaitent créer un réseau privé achètent normalement des domaines expirés qui ont déjà acquis de l’autorité. Ils écrivent un contenu similaire à celui qui existait déjà sur le domaine avant son expiration et ajoutent des liens vers leur propre site. Ils espèrent que les moteurs de recherche ne remarqueront pas qu’ils contrôlent un réseau de sites Web et qu’ils classeront leur site principal beaucoup plus haut dans les résultats de recherche.

Quand les PBN sont bien faits, le système fonctionne très bien. Mais un bon PBN nécessite du temps et de la ressource car il vous faudra un certain nombre de sites internet pour constituer un réseau efficace. Et cela est d’autant plus difficle si votre positionnement est très concurrentiel.

Les moteurs de recherche sont devenus habiles à repérer les PBN. C’est pourquoi il faut faire attention. Il existe des plateformes qui vous vendent une place sur un PBN ou même de vous créer votre PBN, mais comme précédemment, le problème est que vous n’avez aucun contrôle sur la qualité des sites utilisés.

Chez SEO Inside, nous ne participons pas à ces plateformes, nous n’achetons pas de liens non plus.

 

En conclusion, faisons du Grey Hat

Ne faire que du Black Hat sur un site est sans aucun doute le voir pénalisé dans un certain laps de temps.

Ne pas oublier que celui qui achète ou qui clique est un homme, et qu’il a besoin d’avoir du sens et une réponse à sa requête. Il est donc important de dépasser l’idée que le Black Hat seul vous permettra de mieux vous classer sur Google. D’autant que certaines techniques ne fonctionnent pas du tout. Et quand à celles qui marchent, vous avez intérêt à savoir ce que vous faites pour que cela fonctionne réellement.

Donc nous faisons Grey Hat… Le chapeau gris, à mi chemin entre le White Hat et le Black Hat.

Nous sommes toujours très « propres » dès qu’il s’agit de travailler sur un Money Site. Mais nous franchissons régulièrement la ligne blanche vers le black – en mode « propre » – pour s’assurer d’une performance sur Google.

Gardez à l’esprit que l’utilisation de techniques Black Hat mal utilisées vous fera pénaliser votre site. Et pour longtemps.

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous recommandons notre formation SEO, qui peut également se faire de manière individuelle. Suivez les liens pour plus d’infos.

seo inside

 

--

SEO Inside est une agence web et SEO - en savoir plus sur nous:

Agence web / Audit SEO / Conseil SEO / Création de site internet / Netlinking / Formation SEO / E-Réputation et avis

Voici nos implantations :
Lille / Dunkerque / Amiens – ce sont nos 3 bureaux historiques.

Puis voici nos zones géographiques d’intervention :
Paris / Abbeville / Rouen / Compiègne / Reims / Metz / Caen / Evreux / Nancy / Colmar / Rennes / Le Mans / Orléans / Dijon / Besançon / Angers / Nantes / La Rochelle / Poitiers / Limoges /Clermont-Ferrand / Lyon / Annecy / Grenoble / Valence / Bordeaux / Montauban / Toulouse / Biarritz / Montpellier / Marseille / Cannes / Nice / Avignon / Monaco

SEO INSIDE est une agence web spécialiste en référencement naturel qui se veut proche de vous. Contactez-nous pour discuter de vos projets.