Yahoo Inc. quitte le marché chinois et y suspend ses services à partir de lundi, dans un contexte commercial et juridique « de plus en plus difficile ».

Les entreprises technologiques étrangères se sont retirées ou ont réduit leurs activités en Chine continentale en raison de l’entrée en vigueur d’une loi stricte sur la confidentialité des données qui précise comment les entreprises collectent et stockent les données.

Ces entreprises ont décidé que l’incertitude réglementaire et les risques pour leur réputation l’emportaient sur les avantages de rester sur cet énorme marché.

Les entreprises technologiques étrangères quittent la Chine

Yahoo Inc. a déclaré cette semaine dans un communiqué que ses services en Chine avaient cessé le 1er novembre. Les utilisateurs qui visitent le site Engadget China géré par Yahoo cette semaine voient apparaître une fenêtre contextuelle indiquant que le site ne publiera pas de nouveau contenu.

Le mois dernier, LinkedIn, la plateforme de réseautage professionnel de Microsoft, a déclaré qu’elle allait fermer la version chinoise de son site cette année et la remplacer par un site d’offres d’emploi sans fonctions de réseautage social.

[Lire: la fin d’un internet libre approche]

Epic Games, qui exploite le célèbre jeu vidéo Fortnite, indique également qu’il retirera le jeu du marché chinois à partir du 15 novembre. Le jeu a été lancé en Chine grâce à un partenariat avec la plus grande société de jeux de Chine, Tencent, qui détient une participation de 40 % dans Epic.

Pourquoi les entreprises quittent la Chine maintenant ?

La loi sur la protection des informations personnelles, entrée en vigueur le 1er novembre, limite la quantité d’informations que les entreprises sont autorisées à collecter et fixe des normes quant à la manière dont elles doivent être stockées. Les entreprises doivent obtenir le consentement des utilisateurs pour collecter, utiliser ou partager des données et fournir aux utilisateurs des moyens de refuser le partage des données.

Les entreprises doivent également obtenir l’autorisation d’envoyer les informations personnelles des utilisateurs à l’étranger.

La nouvelle loi augmente les coûts de mise en conformité et ajoute à l’incertitude des entreprises occidentales opérant en Chine. Les entreprises prises en flagrant délit de non-respect des règles sont passibles d’une amende pouvant atteindre 50 millions de yuans (7,8 millions de dollars) ou 5 % de leur chiffre d’affaires annuel.

Les régulateurs chinois ont pris des mesures énergiques à l’encontre des entreprises technologiques, cherchant à limiter leur influence et à répondre aux plaintes selon lesquelles certaines entreprises font un usage abusif des données et adoptent d’autres tactiques qui nuisent aux intérêts des consommateurs.

Les réductions d’effectifs et les départs interviennent également alors que les États-Unis et la Chine s’opposent sur la technologie et le commerce. Washington a imposé des restrictions au géant des équipements de télécommunications Huawei et à d’autres entreprises technologiques chinoises, alléguant qu’elles ont des liens avec l’armée et le gouvernement chinois.

Les entreprises locales sont également mises à mal, des sociétés de commerce électronique comme Alibaba risquant des amendes. Les régulateurs enquêtent sur certaines entreprises et ont imposé des règles strictes qui affectent les sociétés de jeux comme NetEase et Tencent.

Les obstacles des entreprises technologiques en Chine

La Chine applique ce que l’on appelle le « Grand Pare-feu », qui utilise des lois et des technologies pour faire respecter la censure.

Le contenu et les mots-clés jugés politiquement sensibles ou inappropriés doivent être supprimés d’Internet. Les entreprises doivent contrôler leurs propres plateformes, en supprimant les messages et en rendant les mots-clés sensibles impossibles à rechercher.

Les réseaux de médias sociaux occidentaux tels que Facebook et Twitter sont depuis longtemps bloqués par le Grand Pare-feu et ne sont généralement pas accessibles aux habitants de la Chine continentale.

« La Chine a installé une politique très draconienne régissant les opérateurs internet, leur disant ce qu’il faut faire et surtout ce qu’il ne faut pas faire », a déclaré Francis Lun, PDG de GEO Securities Limited à Hong Kong.

« Je pense que la question se résume à savoir pourquoi se donner la peine (d’opérer en tant que société étrangère en Chine) avec un rendement aussi limité et une responsabilité aussi lourde », a-t-il ajouté.

Michael Norris, un responsable de la stratégie de recherche au sein du cabinet de conseil AgencyChina basé à Shanghai, a déclaré que les coûts de conformité allaient encore augmenter.

« La sortie de Fortnite est particulièrement dommageable, car elle montre que même un partenariat et un investissement étroits avec Tencent ne suffisent pas à faire fonctionner l’affaire », a-t-il déclaré.

Les entreprises technologiques étrangères opérant en Chine sont également confrontées à la pression de leurs marchés d’origine. Certains législateurs américains ont critiqué la censure par LinkedIn des profils de journalistes américains en Chine. En 2007, Yahoo Inc. a été critiqué pour avoir transmis des informations sur des dissidents chinois au gouvernement chinois, ce qui a conduit à leur emprisonnement.

[Lire: Les chinois vont « cannibaliser » Metaverse]

Quel est l’impact pour les utilisateurs chinois

Des alternatives chinoises sont apparues au fil des ans pour combler le vide laissé par les plateformes de médias sociaux étrangères qui ont renoncé à opérer sous le Grand Pare-feu.

Au lieu de Google, le moteur de recherche le plus populaire en Chine est Baidu. Des applications de messagerie comme WeChat sont utilisées à la place de WhatsApp ou de Messenger. Weibo, une plateforme de microblogging, est l’équivalent le plus proche de Twitter, avec plus de 560 millions d’utilisateurs chinois.

À moins d’utiliser un réseau privé virtuel (VPN) pour masquer leur trafic internet et leur localisation et contourner les restrictions du web, les Chinois ont moins d’options pour les réseaux sociaux et l’accès aux contenus et sont susceptibles de se tourner vers des alternatives locales strictement censurées.

chine

SEO Inside est une agence SEO.

 

--

 

SEO Inside est une agence web et SEO - en savoir plus sur nous:

Agence web / Audit SEO / Conseil SEO / Création de site internet / Référencement naturel / Référencement local /Netlinking / Formation SEO / E-Réputation et avis

Voici nos implantations :
Lille / Dunkerque / Amiens – ce sont nos 3 bureaux historiques.

Puis voici nos zones géographiques d’intervention :
Paris / Abbeville / Rouen / Compiègne / Reims / Metz / Caen / Evreux / Nancy / Colmar / Rennes / Le Mans / Orléans / Dijon / Besançon / Angers / Nantes / La Rochelle / Poitiers / Limoges /Clermont-Ferrand / Lyon / Annecy / Grenoble / Valence / Bordeaux / Montauban / Toulouse / Biarritz / Montpellier / Marseille / Cannes / Nice / Avignon / Monaco

SEO INSIDE est une agence web spécialiste en référencement naturel qui se veut proche de vous. Contactez-nous pour discuter de vos projets.